Commune de Vabre

Vabre, nid de verdure chargé d'histoire

Géographie


Porte de la montagne

Vabre (370 m d'alt) est à l'extrémité sud du Massif Central, dans l'ensemble des Monts de Lacaune, appendice de la Montagne Noire culminant à 1200 m d'altitude. La vallée qui l'abrite bénéficie d'un climat tempéré à dominante océanique mais avec, selon les vents, quelques influences méditerranéennes. Sa position en fond de vallée la met à l'abri des effets dévastateurs des vents et des gros orages et la soumet à une fraîcheur très appréciée lors des canicules d étés.

Porte du Sidobre

Vabre limite au nord ce gisement de granit datant de plus de 300 millions d'années. L'érosion de terrains plus anciens encore ont mis au jour des blocs de granit aux formes curieuses, aujourd'hui très visités. Cependant, Vabre fut construit sur des schistes vieux de quelques 500 millions d'années, entaillés par le Gijou (rivière de 40 Km née près de Lacaune vers 800 m d'alt) et bien visibles en affleurements abrupts (bauç de Crosigas, bauc del pont...).

Poumon bleu

Avant de se jeter dans l'Agout à 4 Km en aval de Vabre, le Gijou reçoit le Berlou et plusieurs petits ruisseaux : tous avec des eaux acidifiées par les roches traversées et par certaines formations végétales. Ces eaux douces ont servi à laver les laines et à parer les toiles, dans le passé textile de la cité.

Enjambé par plusieurs ponts (vieux, neuf, du Ga, de la zone, de la Bolièra), le Gijou est entrecoupé de chaussées dérivant l'eau pour alimenter les petites rigoles d'irrigation des prairies ou actionner les roues hydrauliques des moulins, les foulons des usines textiles, les turbines des microcentrales électriques. A Rocalet, une partie des eaux est détournée vers Lusièras.

Libre, oxygénée, poissonneuse, le Gijou est une des plus belles rivières du Languedoc.

Poumon vert

La végétation cerne le village : autrefois cultivés, les travers abandonnés furent envahis par les fougères et les genêts puis par la forêt naturelle (avec surtout des frênes, des châtaigniers, des chênes, des pins sylvestres et, les pieds dans l'eau, des aulnes) ou par des plantations (résineux et peupliers). Quelques prairies et des jardins potagers complètent le paysage.

La population

Elle a atteint 2642 habitants en 1887. Depuis des décennies, elle n'a cessé de décroitre. le dernier recensement a mis en évidence une certaine stabilisation entre 800 et 850 habitants.

De langue d'oc depuis le X° siècle, les Hussards verts (instituteurs de la République) ont éduqué au début du XX° siècle la population du pays vabrais, transformant un monolinguisme occitan en un quasi monolinguisme français en passant par une étape de diglossie désastreuse.

Marquée par les guerres de religions, Vabre en a gardé une diversité de cultes (Eglises catholique, réformée, évangélique libre).

Vabre, dans l'âpreté historique et géographique, a toujours su rester debout, transformant les handicaps en atouts, forgeant des esprits forts et libres, résistants et accueillants à la fois.

 

VABRE  : chargée d'histoire

Photo montage rocheuse

Le village vit aujourd’hui de ses tailleurs de pierres, fiers granitiers du SIDOBRE.

Mais dans le respect d’une nature préservée, le village s’oriente vers un développement harmonieux et durable…

NOS ACTUALITÉS

Aucune actualité n'est publiée.

Visiter le site de la communauté de communes